Organisation & productivité Trouver le bon Mindset

Comment j’ai amélioré ma communication sans efforts

Si vous avez cliqué sur cet article, c’est que vous portez peut-être tout comme moi, la casquette d’introverti. Que vous portiez en plus celle de la timidité ou non, sans doute avez-vous déjà eu par le passé quelques soucis de communication. Ou plus précisément, les autres ont pointé du doigt votre difficulté à communiquer, ce qui n’améliore généralement pas la situation.

En entrant dans la vie active, nous sommes tout de suite confrontés à cette réalité qui nous pousse à interagir avec les autres. Un peu plus que lorsqu’on était sur les bancs de l’école, où on pouvait plus ou moins se cacher. Au fil du temps, j’ai compris à quel point communiquer est important. J’en parlais d’ailleurs un peu ici. Quand on y réfléchit bien, la qualité de nos vies est aussi un peu basée sur la qualité de nos relations. Ce sentiment qu’on ressent lorsqu’on s’est disputé avec un proche ou lorsqu’on n’arrive pas à créer du lien n’est pas des plus agréables. J’ai été quelques temps cette personne qui avait du mal à communiquer ou à s’insérer dans un groupe. Professionnellement, il y avait cette pression qui imposait d’être un bon communicant. Encore plus lorsque votre métier le sous-entend.

J’avais parcouru des articles, lu quelques livres et même regardé des vidéos pour mieux percer les secrets de la communication. Et c’est là que les problèmes ont commencé. Je m’explique. Tous les conseils que j’ai trouvé énuméraient une liste d’actions à faire pour améliorer la qualité de sa communication. Cela pouvait être: regarder son interlocuteur bien dans les yeux, fixer son attention sur une personne en particulier dans un groupe, faire attention à l’intonation de sa voix, poser des questions… Je ne dis pas que ces conseils n’ont pas fait leurs preuves, mais quand le fait de s’exprimer de base vous stresse, y rajouter une liste de choses à penser n’est pas toujours constructif. Du moins, ça ne l’a pas été pour moi. Alors voici quelques conseils tirés de mon expérience, qui m’ont aidé à mieux communiquer sans me forcer.

Apprendre à s’accepter

Oui, vous n’avez peut-être pas toujours un mot pour tout. Parfois, vous n’avez pas envie de participer à la conversation. Il vous est arrivé de ne pas maîtriser un sujet et donc de ne pas pouvoir poursuivre la discussion. Oui, et alors? Une fois que j’avais compris que cela ne servait à rien de se sentir mal car on avait pas ouvert la bouche, cela m’a ôté un immense poids sur les épaules. Soyez fier de qui vous êtes et vous verrez que vous interviendrez naturellement.

Faire des activités en groupe

Et de préférence, des activités qui vous intéressent, pour que cela n’ait pas l’air d’être un gros effort. Aujourd’hui, les moyens pour trouver une activité ne manquent pas. Il y a les réseaux sociaux bien sûr mais je vous parlais aussi de l’application Meetup, idéale pour ce genre de choses. Pour ma part, j’ai choisis la danse qui m’a permit d’améliorer ma communication aussi au niveau non verbal. Côtoyer des personnes de tous horizons vous ouvre sur le monde extérieur.

Prendre conscience que nous sommes tous humains

Cet excellent conseil, me vient d’un ancien employeur qui voulait que je ne sois pas impressionnée par les statuts des dirigeants que je devais contacter. Le fait d’être impressionné peut complètement enlever vos facultés à soutenir une conversation. C’est quelque part admettre que l’autre est meilleur que soi. Même si nous n’avons pas les mêmes statuts, nous avons tous des sentiments, des rêves, et des peurs.

Penser à ce qu’on aimerait qu’on fasse pour soi

Personnellement, j’aime parfois qu’on s’intéresse à moi, qu’on me pose des questions ou qu’on me mette à l’aise. Et parfois, l’autre en face de soi a les mêmes envies mais personne n’ose franchir le pas. Penser à cette situation où on rate une opportunité d’avoir une conversation peut-être enrichissante m’a poussé naturellement à prendre l’habitude d’aller vers l’autre. Quand on découvre que la personne en face semble avoir apprécié l’échange, on hésite moins les prochaines fois.

Passer au-delà du syndrome de l’imposteur

J’en parlais un peu plus haut, il arrive parfois qu’on ne maîtrise pas certains sujets et qu’on ne se sente alors pas légitime d’en parler. Dans le cadre du travail, cela peut se traduire par le sentiment de ne rien avoir à faire là. Accepter de ne pas tout maitriser m’a autorisé inconsciemment à demander à en savoir plus. Les gens apprécieront toujours que vous vous intéressiez à eux et vous respecteront encore plus si vous reconnaissez vos faiblesses.

Ce que j’ai envie de souligner dans cet article, c’est que vous avez toujours quelque chose d’intéressant à dire. Parce que vous êtes uniques et que votre singularité est ce qui enrichira vos conversations. Éliminer le stress de « bien faire » a été révélateur chez moi, et j’espère qu’un ou deux conseils vous aideront. Et vous, racontez-moi, qu’avez-vous entrepris pour améliorer votre communication avec les autres?

Related Posts

No Comments

Leave a Reply